Émergence de concepts de restauration uniques

Group of people dining in the sky

Les restaurants temporaires, établissements secrets et autres concepts de restauration uniques font de plus en plus fureur auprès des consommateurs. Emboîtez-leur le pas et donnez une touche d’intrigue à votre concept.

À Toronto, il existe un restaurant qui n’est accessible que par une porte cachée dans une librairie de bandes dessinées. À Montréal, on trouve un endroit où les clients dégustent leur repas autour d’une piscine à vagues intérieure. Sur l’île de Vancouver, un marché sert ses clients sous un toit végétal où broutent des chèvres.

Dans un univers de plus en plus concurrentiel, ces restaurateurs ont imaginé une façon plutôt inusitée de se démarquer. Ils vont au-delà des plats et du service pour offrir une expérience complètement unique. Et ils ne sont pas les seuls.

«­ C’est en train de devenir une tendance », confirme Denis Bourbeau, directeur du marketing et de l’approvisionnement pour la division de Québec de Service alimentaire Gordon. «­ Et elle est surtout dictée par les membres des jeunes générations, qui, en restauration, ont le sens de l’aventure et recherchent les expériences qu’ils peuvent partager avec leurs amis ou dans les médias sociaux. »
  
«­ Ce sont des explorateurs », ajoute David Evans, chef corporatif chez Service alimentaire Gordon. «­ Ils aiment ce qui est différent. »  

Mais cet attrait ne se limite pas qu’aux milléniaux, soutient Murray Penner, directeur du marketing et de l’approvisionnement pour la division de Delta, en Colombie-Britannique. «­ Les baby-boomers ont le temps, les moyens et le goût de vivre des expériences plus sophistiquées. »

Ainsi, quand vient le temps de créer des concepts qui sortent de l’ordinaire, les possibilités sont illimitées… parlez-en à l’entreprise qui se déplace aux quatre coins du pays pour servir des tablées de 22 invités suspendus à une grue, à 46 mètres dans les airs.

Voici quelques conseils pour proposer un concept unique.

Tirer parti de son emplacement 

Un site inhabituel ou inattendu, sans nécessairement tomber dans l’extrême du repas entre ciel et terre, peut susciter beaucoup d’enthousiasme. M. Penner cite en exemple un restaurant italien situé dans une maison ancestrale du tournant du siècle en plein cœur du centre-ville de Vancouver, et M. Evans, une grilladerie de Toronto entourée de manufactures et d’une «­ cour à scrap ». Le fait que ces endroits soient difficiles à trouver ne les rend que plus attrayants.

Si, malheureusement, votre emplacement n’a rien d’extraordinaire, sachez qu’une terrasse attire toujours les foules. «­ Sur la côte ouest, nous avons une obsession pour les terrasses, affirme M. Penner. On utilise même des chaufferettes pour les garder ouvertes en hiver. » ­ 

On peut aussi envisager de faire connaître sa marque sur la route grâce à un camion-restaurant ou un établissement temporaire.

Miser sur le plaisir 

Exclusivité, secret, humour, nostalgie et privation sensorielle ‒ comme dans ces endroits où tout se passe dans le noir ‒ ne sont que quelques-unes des pistes de concepts à explorer.

M. Evans parle d’ailleurs avec passion d’une entreprise de Toronto à laquelle les éventuels clients doivent écrire pour demander d’être invités à un de leurs soupers, toujours organisés dans des endroits différents. M. Bourbeau salue quant à lui l’initiative de trois amis qui ont choisi de cuisiner dans un local qui donne l’impression au client de se retrouver dans leur appartement. Voilà comment miser sur le plaisir dans cette industrie sérieuse que sont les services alimentaires.

M. Penner reconnaît toutefois que le côté «­ divertissant » effraie parfois les restaurateurs. «­ Il faut du courage pour créer quelque chose d’unique, explique-t-il. Mais on peut le voir comme une façon de donner à sa clientèle une histoire amusante à raconter à propos de son restaurant. » 

Exploiter les médias sociaux 

Les gens raconteront ces histoires sur Facebook et dans d’autres médias sociaux. C’est là où il faut aller à la rencontre du client. «­ On doit encourager le bouche-à-oreille pour attirer les gens, conseille M. Bourbeau. Et les médias sociaux sont le meilleur moyen de le faire. » 

On peut aussi alimenter la discussion en ligne en créant plein d’éléments «­ instagrammables », comme l’installation lumineuse de Pac-Man qui trône au plafond du restaurant sur le thème de la bande dessinée mentionné plus haut ou encore la vue spectaculaire depuis une terrasse sur le toit. 

Faire passer les plats en premier 

Même si une bonne stratégie de médias sociaux attire la clientèle, c’est la cuisine proposée qui lui donnera envie de revenir encore et encore. «­ Ce sont les plats qui comptent, affirme M. Evans. Peu importe l’énergie déployée à créer un lieu, un décor, une atmosphère ou un menu unique, il faut absolument livrer la marchandise sur le plan culinaire, sans quoi on risque de passer pour un imposteur. » 

Bref, l’originalité est un bon atout, mais ce sont tout de même la qualité, la constance et le souci du détail qui distinguent les concepts durables des feux de paille.

Restaurants secrets

Des restaurants temporaires aux clubs privés en passant par les rassemblements clandestins, tout ce qui est entouré de secret fait fureur ces jours-ci. Ce type d’événement est souvent l’occasion pour les chefs et les restaurants de sortir de leur répertoire habituel ou de tester de nouveaux concepts.

Selon M. Evans, les plats avant-gardistes servis dans ces établissements plaisent particulièrement aux vrais passionnés de cuisine, qui se sentent privilégiés de découvrir un secret bien gardé...

D’autres idées pour sortir du lot

  • Donner un thème à son restaurant.
  • Permettre aux convives d’observer le chef à l’œuvre. 
  • S’associer à des producteurs, microbrasseries ou organismes de bienfaisance locaux.
  • Créer des plats qui représentent la région.
  • Mettre l’accent sur son histoire.
  • Exposer les œuvres d’artistes locaux.
  • Donner accès à des jeux d’arcade ou de société.