Dans l’optique de réduire les risques de santé, les aliments vendus au Canada ne pourront désormais plus contenir d’huiles partiellement hydrogénées. 

Adieu, gras trans

Dans l’optique de réduire les risques de santé, les aliments vendus au Canada ne pourront désormais plus contenir d’huiles partiellement hydrogénées. 

Dès le 15 septembre, les aliments vendus au Canada seront plus sains. En effet, c’est à ce moment qu’entrera en vigueur l’interdiction de Santé Canada concernant l’utilisation des huiles partiellement hydrogénées (HPH). 

Ces huiles, des gras trans industriels, sont couramment utilisées dans certains aliments préparés et vendus dans les restaurants, par exemple, les frites, les beignes, certaines margarines, les produits de boulangerie et de pâtisserie, et même les craquelins et les croustilles. Elles servent à rehausser les saveurs et à améliorer la durée de conservation. Une fois l’interdiction entrée en vigueur, il sera illégal de vendre des aliments qui en contiennent, et ce, autant dans les épiceries que les restaurants.

À l’origine, les gras trans ont été créés comme solution de rechange aux gras saturés. Si l’on en trouve naturellement en petites quantités dans la viande, le lait et le beurre, la plupart des gras trans sont produits en ajoutant de l’hydrogène aux huiles végétales, ce qui fait passer la substance d’un état liquide à semi-solide.

Effets sur la santé

Au fil des ans, les gras trans sont devenus une source de préoccupation croissante dans l’industrie alimentaire en raison de leurs effets néfastes sur la santé. Les études ont montré que ces acides gras accroissent notamment le risque de maladies coronariennes, une des principales causes de décès au Canada (Santé Canada, 2017), puisqu’ils font augmenter le taux de mauvais cholestérol et baisser celui de bon cholestérol. On a également établi un lien entre la consommation de ces gras et la hausse des crises cardiaques et des AVC de même que l’apparition du diabète.

Dans les années 1990, le Canada était considéré comme l’endroit où la consommation de gras trans était la plus élevée au monde (Santé Canada, 2018). Depuis, des efforts ont été faits pour limiter la quantité de gras trans industriels présents dans les aliments. Malgré tout, Santé Canada a reconnu qu’il fallait aller plus loin pour réduire davantage la consommation de gras trans. C’est pourquoi elle a pris des mesures réglementaires interdisant l’usage des huiles partiellement hydrogénées au Canada. En juin, une interdiction semblable est aussi entrée en vigueur aux États-Unis.

Cette initiative s’inscrit dans la Stratégie en matière de saine alimentation du Canada, qui vise à faire en sorte qu’il soit plus facile pour les Canadiens de faire des choix alimentaires sains. L’interdiction vise tous les aliments vendus au Canada, y compris les aliments importés et ceux utilisés dans les établissements alimentaires. Les huiles partiellement hydrogénées seront également ajoutées à la partie 1 de la Liste de contaminants et des autres substances adultérantes dans les aliments.

Alimentation plus saine

On s’attend à ce que le retrait ou le remplacement des gras trans améliore la qualité nutritive des aliments et augmente la consommation d’aliments faibles en gras saturés. Mieux encore, l’interdiction devrait mener à une hausse de l’accessibilité à des produits plus sains et à la réduction du risque de maladies cardiaques. 

Depuis que l’interdiction a été annoncée en 2017, les restaurants et autres services alimentaires se sont attelés à modifier leurs recettes et menus. Les fabricants alimentaires ont aussi dû adapter la composition de leurs produits, améliorant ainsi leur valeur nutritive et leur qualité. Bref, tous ces acteurs joueront un rôle d’avant plan dans l’amélioration de la santé des Canadiens.

Des solutions

À l’aube de l’entrée en vigueur de l’interdiction, chacun cherche des façons de s’y conformer. 

Ce que fait l’industrie alimentaire : 

  • Utilisation de gras saturés comme le beurre, mais en beaucoup plus petite quantité.
  • Utilisation d’huiles végétales saturées, dont l’huile de palme et l’huile de coco.
  • Utilisation d’un mélange d’huiles végétales monoinsaturées ou polyinsaturées pour obtenir une durée de conservation, une texture et un goût semblables à ceux des gras trans.

Ce que vous pouvez faire : 

  • Utilisation de l’huile de canola pour la friture 
  • Remplacement de vinaigrettes et autres sauces préparées par des produits équivalents d’autres marques ou préparation de vinaigrettes et sauces maison à base d’huile de canola ou d’olive.
  • Choix de desserts (pâtisseries et gâteaux) ne contenant pas de gras trans.