Directives claires sur le Guide alimentaire canadien

Directives claires sur le Guide alimentaire canadien

Les gestionnaires de service alimentaire se demandent si les changements apportés s’appliquent à eux.

Dans les services alimentaires du secteur de la santé, la publication récente du nouveau Guide alimentaire canadien fait beaucoup jaser.

Bien que Santé Canada ait indiqué que de nombreuses sections du guide précédent étaient conformes aux plus récentes données scientifiques sur l’alimentation et la santé, en raison de la nouvelle présentation prévue, plusieurs se préparaient à des changements radicaux.

À première vue, la révision semble avoir mené à l’élimination de deux groupes alimentaires : lait et substituts ainsi que viandes et substituts. En y regardant de plus près, on constate que ces groupes ont été fusionnés et apparaissent maintenant dans la catégorie aliments protéinés. Il semble également que l’on mette davantage l’accent sur les proportions plutôt que sur des quantités précises, comme l’illustre l’assiette présentée.

Si l’on examine les révisions du point de vue d’un gestionnaire de service alimentaire, on remarque qu’il reste des inconnus, qui s’éclairciront sans doute avec la publication du modèle canadien de saine alimentation, un outil destiné aux professionnels de la santé et aux décideurs. Voici trois aspects à souligner au sujet du nouveau guide :

1. On recommande de consommer des protéines végétales plus souvent. Dans le guide alimentaire précédent, on suggérait de consommer fréquemment des légumineuses et du tofu. Même si, dans le nouveau, le changement d’orientation est apparent, certains soutiennent que le message reste le même. 

2. Certaines recommandations pourraient encore changer. La publication du modèle canadien de saine alimentation pourrait avoir une incidence sur les recommandations actuelles, notamment concernant la consommation de poisson deux fois par semaine, de légumes verts foncé et orange quotidiennement et de produits laitiers régulièrement pour combler les besoins en calcium.

3. Les jus de fruits purs intègrent le groupe des boissons sucrées. Dans le guide de 2007, 125 ml de jus de fruits équivalait à une portion de fruits. On y recommandait toutefois de privilégier les fruits entiers plutôt que les jus de fruits. Les nouvelles Lignes directrices en matière d’alimentation envoient un message encore plus fort. Elles indiquent qu’il vaut mieux limiter la consommation de tous les types de boissons sucrées, car elles augmentent l’apport en sucres libres. On doit plutôt offrir de l’eau, du lait, des boissons de soya enrichies non sucrées et des fruits, surtout dans les institutions financées par les deniers publics. 

Alors que le Guide alimentaire canadien semble avoir fait peau neuve, il faudra attendre la publication du modèle canadien de saine alimentation pour déterminer son incidence sur la planification des menus et les autres activités quotidiennes des services alimentaires en établissement.