Skip to main content

3 interactions médicament-aliment que vous devez connaître

Une interaction médicamenteuse peut se produire entre deux médicaments différents ou encore entre un médicament et une autre substance, comme par exemple un aliment. Certains aliments et breuvages interfèrent sur l’activité des enzymes responsables du métabolisme de certains médicaments ou peuvent interagir avec ceux-ci de diverses façons.

Comprendre les interactions

Généralement, suite à la prescription d’un nouveau médicament, la personne concernée est informée des risques d’interactions aliments-médicaments. En cas de doute, le pharmacien ou la pharmacienne est la meilleure ressource pour obtenir des renseignements exacts en la matière. Souvent négligées, les interactions peuvent avoir des répercussions importantes telles l’échec d’un traitement, la diminution ou l’amplification des effets secondaires prévus ou autres conséquences. Dans de très rares cas, elles peuvent même entraîner des séquelles permanentes. Voici une description des interactions aliments-médicaments les plus connues.

Pamplemousse et jus de pamplemousse

La consommation de pamplemousse et de son jus peut entraîner une augmentation des effets de certains médicaments dont ceux utilisés pour traiter les maladies cardiovasculaires, les troubles anxieux et dépressifs et plusieurs autres. Les composantes du pamplemousse inactivent ou amoindrissent l’activité des enzymes en charge du métabolisme de ces médicaments. Ainsi,  lorsqu’un médicament est consommé au même moment qu’un pamplemousse, la concentration de ce médicament dans le sang augmentera, ce qui entraînera des effets physiologiques amplifiés et indésirables. Ces effets ne se produisent pas avec les autres agrumes comme le citron, l’orange et la lime. Cependant, l’orange de Séville et le Tangelo peuvent avoir des effets similaires à celui du pamplemousse.

Légumes vert foncé (vitamine K)

La Warfarine ou Coumadin (nom commercial) est un médicament anticoagulant largement utilisé pour la prévention des thromboses. Ce médicament agit en bloquant l’enzyme chargée d’activer la vitamine K et permet ainsi d’empêcher la coagulation sanguine.  La prescription de départ est adaptée en partie à  la quantité de vitamine K consommée dans l’alimentation. La vitamine K se retrouve surtout dans les légumes vert foncé tels les brocolis, les choux de Bruxelles et les épinards. Si la quantité de vitamine K ingérée augmente substantiellement, le médicament ne sera plus aussi efficace. Plusieurs personnes comprennent à tord qu’ils ne doivent plus du tout consommer de légumes verts lorsqu’ils prennent du Coumadin. C’est faux. La quantité de vitamine K consommée quotidiennement doit tout simplement rester stable d’un jour à l’autre.

Produits laitiers (calcium)

Il est bien connu que les produits laitiers interfèrent avec plusieurs médicaments.  Entre autres, le calcium et le magnésium contenu dans les produits laitiers se lient et créent des complexes avec certains antibiotiques. Ainsi, si le calcium et l’antibiotique sont consommés au même moment, leurs taux d’absorption se trouvent tous deux réduits. Les consommateurs sont donc avisés de prendre leur antibiotique deux heures avant ou après l’ingestion de produit laitiers.

Bien sûr, plusieurs autres interactions aliments-médicaments existent et doivent être prises en considération. Il est important pour le personnel d’un service alimentaire de connaître ce genre d’interactions et de gérer les demandes des consommateurs de médicaments.  Les interactions aliments-médicaments peuvent non-seulement être dangereuses pour la santé mais peuvent également augmenter substantiellement les coûts associés aux soins de santé. Par exemple, un traitement médicamenteux peut malencontreusement devenir inefficace si un aliment à éviter est consommé au même moment. Pour de plus amples renseignements sur les interactions aliments-médicaments ou encore pour suggérer des sujets d’articles, communiquez avec nous au nutritionrc@gfs.com.