Skip to main content

La salubrité alimentaire entre les mains de vos employés

La salubrité alimentaire entre les mains de vos employés

Les employés ne comprennent pas toujours avec quelle facilité une maladie d’origine alimentaire peut se propager.

Maintenant plus que jamais, les gens mangent à l’extérieur de chez eux. Selon Restaurants Canada, dans le secteur commercial, les ventes ont augmenté de 4,2 % cette année. Cela signifie donc que les consommateurs s’en remettent encore plus qu’avant aux millions d’employés qui préparent leur nourriture. Compte tenu du fait que la majorité des employés de ce secteur affirment qu’ils serviraient ce qu’ils préparent à leur famille, c’est une bonne chose. Néanmoins, d’après le gouvernement du Canada, environ 4 millions de Canadiens (soit 1 sur 8) sont touchés par une maladie d’origine alimentaire chaque année. Au vu de ce qui précède, on est en droit de se demander comment c’est possible.

Eh bien, ça l’est entre autres parce que les employés ne comprennent pas toujours avec quelle facilité une maladie d’origine alimentaire peut se propager. En fait, les norovirus, qui causent la gastro-entérite, se transmettent aisément au contact des mains. Ils sont la principale cause d’éclosion de maladies d’origine alimentaire. Comme bon nombre de travailleurs de l’industrie déclarent qu’ils se rendent « toujours » ou « souvent » au travail quand ils sont malades, on comprend facilement pourquoi ce type de maladie inquiète de plus en plus. Mais on peut aussi se demander pourquoi ces employés rentrent malgré tout au travail.

Les trois principales raisons invoquées sont la peur de laisser tomber ses collègues, la perte de salaire et l’impression de ne pas être contagieux. 

Pour comprendre les risques associés à la maladie, le personnel doit recevoir une formation sur la salubrité alimentaire. Vous ne pouvez peut-être pas vous permettre d’offrir des congés de maladie payés, mais vous pouvez certainement expliquer pourquoi il est dangereux de travailler quand on est malade : risque de transmission, fermeture temporaire (auquel cas personne ne serait payé) et mise à mal de la réputation de l’établissement.

Lors de sa formation, l’employé doit recevoir de l’information sur la prévention des maladies d’origine alimentaire et les symptômes associés aux norovirus : diarrhée, vomissement, nausée, douleur au ventre, fièvre, mal de tête et douleurs musculaires. 

Veillez à ce que vos employés avisent leur supérieur immédiat s’ils sont malades. Celui-ci pourra alors décider s’il est nécessaire d’interdire à l’employé de manipuler des aliments.

Les norovirus se propagent rapidement, le plus souvent parce qu’on touche à mains nues des aliments prêts à manger (notamment des fruits et légumes frais). Étant donné que ces virus peuvent survivre jusqu’à deux semaines sur des surfaces comme les poignées de porte et les interrupteurs, un nettoyage et un assainissement adéquats sont également très importants.

Voici certaines pratiques qui contribueront à prévenir la propagation des norovirus :

  • Adopter une bonne hygiène des mains (quand et comment se laver les mains).
  • Laver les fruits et légumes, surtout ceux qui ne seront pas cuits.
  • En informer son supérieur si on pense être malade. 
  • Restreindre ou interdire la manipulation d’aliments aux employés malades.
  • Éviter de servir de la nourriture quand on est malade ou qu’un membre de notre famille l’est.
  • Se rappeler qu’une personne continue d’être contagieuse quelques jours après son rétablissement.
  • Nettoyer et désinfecter les surfaces contaminées à l’aide d’une solution javellisante dont la concentration se situe entre 1000 et 5000 ppm ou de tout autre désinfectant efficace contre les norovirus