Skip to main content

Naviguer parmi les générations

Naviguer parmi les générations

Apprendre à travailler avec toutes les générations est essentiel pour améliorer l'efficacité du personnel.

En restauration, le roulement de personnel est un défi constant, et chaque nouvel employé change la dynamique de travail. La plupart des équipes se composent de gens provenant de diverses générations et aux expériences de vie distinctes ‒ adolescents en quête d’un premier emploi, parents qui désirent un revenu additionnel ou aînés qui veulent rester actif à la retraite.
    
Non seulement celui qui sait reconnaître les différences entre les générations arrive plus facilement à trouver les meilleurs candidats pour un poste, mais il est aussi capable de mieux former et motiver son personnel ainsi que de communiquer avec lui. À long terme, la reconnaissance des différences générationnelles améliore le degré de satisfaction des employés, et donc, la rétention.

Alors que les baby-boomers (nés entre 1946 et 1965) restent plus longtemps sur le marché du travail et que les membres de la génération Z (nés à partir de 1993) y entrent, beaucoup de restaurants ont un personnel multigénérationnel. Mais les Z, les Y (nés entre 1977 et 1992), les X (nés entre 1966 et 1976) et les baby-boomers ont des compétences, des expériences et des besoins distincts. Et pour que règne l’harmonie, vous devez les aider à se mêler les uns aux autres.

À bas les stéréotypes

Chaque génération a sa réputation : les Z ne sont pas motivés, les Y sont égoïstes, les X sont paresseux et les baby-boomers, conservateurs. Même si les caractéristiques associées à une génération s’appliquent parfois, elles sont souvent trop simplifiées ou carrément fausses.

« Chaque génération se compose de gens qui manquent de motivation, sont égoïstes ou paresseux et ont des valeurs conservatrices », explique Dan Longton, PDG de Traitset, une entreprise de gestion de la main-d’œuvre. « Pour être certains que chacun satisfait les besoins de l’établissement et de sa clientèle, les employeurs doivent procéder à des évaluations et offrir des formations adéquates. »

Selon M. Longton, il faut éviter les stéréotypes, mais on doit toutefois tenir compte des valeurs de chaque génération.

Baby-boomers. Orientés vers la réussite, ils ont grandi à une époque où le travail acharné menait à une augmentation, une prime ou une promotion. La communication en personne les motive.

Génération X. Comme ces enfants à la clé ont passé beaucoup de temps à se débrouiller seuls, ils accordent de l’importance à l’équilibre travail-vie personnelle. Ils travaillent mieux quand on les guide. 

Génération Y. Cette génération a besoin d’être régulièrement valorisée et carbure à la critique constructive.

Génération Z. Entourés de gadgets technologiques et toujours branchés, ils aiment la rétroaction immédiate. 

L’acceptation et la compréhension des différences générationnelles permettent de garder une longueur d’avance. 

Une sélection adéquate

L’important, c’est d’embaucher les bonnes personnes. Pour éviter les stéréotypes, M. Longton recommande de se fier exclusivement à des données objectives. Les annonces publiées sur les sites d’emploi permettent de chercher des candidats, toutes générations confondues, en fonction de leur éthique de travail et de leur intégrité.

« Une fois que vous pensez avoir trouvé des candidats qui seront assidus et honnêtes, une entrevue sur place portant sur les compétences, les forces et les faiblesses devrait permettre de dénicher la bonne personne. »  

Les restaurateurs devront aussi s’adapter aux changements à venir. Selon une étude rapportée par Robert Half, spécialiste du recrutement, d’ici 2020, la génération Z ne comptera que pour 20 % de la main-d’œuvre. « Cette répartition aura probablement un impact important sur l’industrie de la restauration, qui emploie beaucoup de jeunes travailleurs », soutient M. Longton.

La motivation qui fait toute la différence

Peu importe la moyenne d’âge de votre personnel, la formation et la motivation amélioreront le rendement. 

Assurez-vous que tous connaissent les règles (faites-en un rappel tous les six mois) et que les gérants veillent à leur application. La formation doit viser en partie à garantir que chacun fasse tout en son pouvoir pour faire vivre au client un moment agréable. Ces efforts seront récompensés par une équipe solide et de bonnes relations avec la clientèle régulière.

En plus d’une formation adéquate, l’interaction entre les générations est essentielle. Lorsque les plus jeunes travaillent avec des employés d’expérience, ils apprennent beaucoup de ces derniers. Et, de leur côté, les employés plus âgés ont souvent plus d’énergie quand ils sont jumelés à de jeunes travailleurs. L’organisation d’activités en dehors du travail contribue aussi à la compréhension mutuelle. 

Une question de loyauté

Selon Ken Wasco, directeur d’Efficacité client chez Service alimentaire Gordon®, une image de marque claire et des traditions définies peuvent favoriser l’harmonie au sein de l’équipe ainsi que la loyauté des clients.

Les gens choisissent souvent un restaurant en raison des traditions de celui-ci. Mais avec le temps, ces traditions peuvent devenir dépassées et nuire aux affaires. On peut alors mobiliser ses employés pour en créer de nouvelles. Ils découvriront ainsi que, peu importe la génération à laquelle ils appartiennent, ils ont un objectif commun, soit de participer à quelque chose de plus grand qu’eux.

Quand les employés comprennent les différences entre les générations, ils travaillent mieux ensemble, affirme M. Wasco. Chacun a quelque chose à apporter à l’établissement, sans quoi il n’aurait pas été embauché. Et comme le roulement de personnel coûte cher, vous avez avantage à garder vos employés. 

« N’oubliez pas que tous les emplois du secteur des services alimentaires sont des emplois réels, un choix de carrière possible, explique-t-il. La réussite de chaque employé dépend directement des compétences humaines que les gestionnaires les aident à développer. » 

Pour bien diriger une génération, il faut apprendre à la connaître, conclut-il. C’est un investissement à la fois dans le futur de ses employés et dans la réussite de son établissement.