Skip to main content

Un plat sublime

Offrez-vous un plat unique, accrocheur, qui fait que les clients reviennent encore et encore?

En matière de nourriture, je n’ai aucune volonté. Et si cette nourriture est délicieuse, j’en perds pratiquement le contrôle : « Bonjour le cerveau! Ici l’estomac. Pourquoi ne prendrais-tu pas une petite pause? Je m’occupe de tout ».

Si un restaurateur veut être certain que je reviendrai encore et encore, il n’a qu’à offrir un seul plat sublime. Un plat si exceptionnel et, si j’ose dire, qui crée tellement une dépendance, qu’une fois ma « décision » prise quant à mon envie d’en manger aujourd’hui, rien ne peut m’arrêter. Et rien d’autre ne me satisfera, car, une fois que ma fonction « envie irrésistible » est activée, il n’est plus possible de revenir en arrière.

L’ami ou le visiteur qui se trouve à proximité sera invariablement entraîné dans ma quête. Le restaurant qui offre un plat sublime avec un grand « p »  s’ajoute automatiquement à ma liste d’incontournables locaux et d’expériences uniques que j’ai envie de partager, d’endroits à voir au même titre qu’un musée, un monument ou une merveille naturelle. Et je n’exagère pas quand j’affirme qu’un bon plat est comme une des sept merveilles du monde… et attire donc les pèlerins. Au bout du compte, les pyramides de Gizeh ne sont rien de plus que des piles de roches. Mais la meilleure tarte à la rhubarbe du monde, bien chaude, à la fois sucrée et acidulée, et garnie d’une boule de crème glacée à la vanille maison? Ça, c’est une tout autre merveille!

En fait, selon moi, le plat sublime n’a pas nécessairement besoin d’être raffiné, cher ou précieux. Une tarte peut tout aussi bien faire l’affaire qu’un gâteau à sept étages au chocolat et à la noisette. Le plat unique d’un restaurant, celui dont tout le monde ne cesse de parler, peut également être tout ce qu’il y a de plus local et réconfortant, comme une poutine, ou aussi exotique et fumant qu’un bol de soupe tonkinoise.

Les qualités d’un plat sublime, c’est-à-dire celles qui lui permettent de s’élever au-dessus de tous les autres, n’ont rien de secret : qualité et constance. Si le goût d’un plat est chaque fois époustouflant, je ne pourrai m’empêcher de revenir, comme un zombie, jusqu’à ce que mon désir soit comblé. Les restos spécialisés dans les hamburgers abondent. Mais ce sont les petits détails qui font toute la différence qui me poussent à partir en quête DU meilleur hamburger du monde (du moins dans mon quartier). Par exemple, la qualité du bœuf utilisé ou son assaisonnement et sa cuisson, son pain bien moelleux rôti sur le gril ou encore sa garniture composée d’oignons parfaitement caramélisés et de tranches de bacon fumé bien épaisses. (Ahhhhhhh! Excusez-moi pendant que mon estomac m’entraîne à l’endroit où je pourrai en déguster un immédiatement.)

Vous comprenez ce que je veux dire? La seule idée de ce délice suffit à déclencher une réaction en chaîne qui prend fin quand j’essuie ma bouche souriante après un merveilleux repas et que je peux enfin reprendre le contrôle sur mon estomac têtu et sélectif. Mon envie a été contentée. Du moins, jusqu’à la prochaine fois.