Skip to main content

Des aliments au secours de la mémoire

An overview of the MIND diet for memory care issues.

Aperçu du régime MIND et de la façon dont il pourrait contribuer à l’amélioration de la santé du cerveau et à la réduction du risque de maladie d’Alzheimer.

De nouvelles études examinent les effets du régime alimentaire sur la santé du cerveau, et les résultats sont surprenants. Si nous savons depuis longtemps que la diète peut jouer un rôle global dans le contrôle et la prévention de certaines maladies, l’étude menée par les chercheurs du Rush University Medical Center, à Chicago, a permis de conclure à une réduction du risque de la maladie d’Alzheimer de 53 pour cent chez les personnes ayant respecté le régime proposé. Le régime MIND (pour Mediterranean-DASH Intervention for Neurodegenerative Delay) est une combinaison du régime méditerranéen et du régime DASH (dont l’acronyme signifie littéralement approche nutritionnelle pour réduire l’hypertension).

On est ce que l’on mange

De façon générale, le régime MIND est plus ou moins strict : les aliments sont regroupés en dix familles d’aliments « bons pour le cerveau » et cinq familles d’aliments « néfastes ». On y met aussi l’accent sur l’importance de consommer souvent des légumes verts : chou frisé, épinards, brocoli, chou cavalier, etc. Comme ce régime est axé sur certaines habitudes alimentaires plutôt que sur des recommandations nutritionnelles précises, il est assez simple à respecter. En fait, dans le cadre de l’étude, le risque de démence variait de 35 à 53 pour cent, selon la rigueur avec laquelle les participants avaient suivi le régime. Bien sûr, même si les résultats du régime MIND sont prometteurs, il faut savoir que d’autres études seront nécessaires afin de confirmer les résultats initiaux.

Le régime MIND décomposé

On recommande de consommer des aliments provenant des familles suivantes, dites « bonnes pour le cerveau » :

  • Légumes, particulièrement les légumes-feuilles
  • Noix
  • Petits fruits
  • Légumes secs
  • Grains entiers
  • Poisson et volaille
  • Huile d’olive
  • Vin

Et on recommande d’éviter ou de limiter la consommation d’aliments provenant des catégories de ceux qui sont « néfastes » :

  • Viande rouge
  • Beurre/margarine
  • Fromage
  • Pâtisseries et sucreries
  • ​​​​​​​Aliments frits et « malbouffe »

De façon générale, il faut savoir que de nombreuses études ont permis de démontrer que certains aliments ont des bienfaits sur le cerveau et pourraient donc permettre de ralentir le déclin cognitif : légumes de la famille des crucifères, légumes-feuilles, grains entiers, poissons riches en oméga-3, petits fruits frais ou séchés, noix, huile d’olive et aliments riches en antioxydants. Selon Dana Fillmore, directrice du secteur santé chez Service alimentaire Gordon, « l’objectif consiste à amener les gens à réfléchir sur leurs habitudes alimentaires en général plutôt qu’à se concentrer sur un aliment en particulier. On veut leur faire comprendre que c’est la combinaison des aliments/nutriments consommés qui font la différence, pas juste le fait d’avoir assez mangé d’un aliment donné. »

Des solutions simples

Les services alimentaires du secteur des soins aux aînés sont en pleine mutation, notamment parce que les baby-boomers s’attendent à ce qu’on leur serve d’excellents plats faits d’ingrédients frais et axés sur les cuisines régionales. Comme Gerry Ludwig, chef corporatif consultant chez Service alimentaire Gordon le fait remarquer, « les chefs utilisent les légumes de manière de plus en plus créative. Ils traitent ces produits avec autant de passion que les protéines et, pour en faire ressortir les saveurs, utilisent des techniques de cuisson agressives, comme la cuisson sur le gril ou sur feu de bois, ou encore le rôtissage. »

Toutes les occasions devraient être bonnes pour préparer des plats innovateurs et savoureux permettant d’augmenter la consommation de grains entiers et de légumes. Et la cuisine du monde, autant les sautés asiatique que les soupes et ragoûts à la méditerranéenne, permet facilement d’intégrer divers grains et légumes à des plats exquis. Par ailleurs, les baies d’açaï, que l’on peut utiliser dans les boissons frappées ou les bols, sont un ingrédient parfait à servir au déjeuner. Enfin, on peut également préparer des marinades de fruits ou de légumes faibles en sodium et les employer pour donner du mordant aux sandwichs et salades.

Même s’il n’est pas toujours simple d’offrir une cuisine qui plaît autant aux personnes ayant des goûts conventionnels qu’à celles en quête de nouveauté, si l’on envisage les choses dans leur globalité, il demeure assez simple d’intégrer au menu des aliments ayant des bienfaits pour le cerveau. On peut notamment proposer des collations saines composées de grains entiers, de noix et de petits fruits, de fruits séchés et d’un mélange de noix ou encore de craquelins multigrains tartinés de confiture non sucrée. Les boissons peuvent aussi permettre d’ajouter au menu des aliments qui cadrent avec le régime MIND, par exemple, des boissons frappées faites à partir de légumes et de petits fruits. Ces boissons contribuent aussi à une bonne hydratation, fréquemment problématique chez les personnes atteintes de démence.

Idées de recettes

Notre équipe de chefs a créé plusieurs recettes délicieuses et nutritives qui, en plus de contenir des aliments « bons pour le cerveau », regorgent de saveur et sont pleines de couleurs.

Bol d’açaï tout-en-un
Bolinhos ‒ Croquettes de morue
Quinoa, riz et légumes grillés
Salade de betteraves rôties et roquett
Crêpes de quinoa au babeurre
Patates douces rôties et choux de Bruxelles 
​​​​​​​Soupe ramen aux crevettes et au poivron rouge